Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

-" La passion de la couleur était ancienne chez Simon Terrefort.

      Certains prétendaient qu'elle s'était éveillée dans le sein de sa mère Eléonore, épouse d'un teinturier renommé : à les croire, les robes aux teintes vives que la jeune Albigeoise lâchait sur son ventre nu, les jours de grand soleil, avaient baigné l'enfant dans des climats de couleurs dont son oeil naissant s'était épris.

      Un homme de médecine allait plus loin, en soutenant qu'il était passé dans le sang de Simon quelque chose des pigments employés à la teinturerie - ces plantes broyées ou  bouillies, ces racines pilées dont les mains d' Eléonore gardaient longtemps l'empreinte, au point qu'on l'avait surnommée " la fille aux doigts d'arc-en-ciel ".

      Quoiqu'il en fût, Simon avait paru à la naissance, le deuxième de mai 1423, affligé d'une feuille de chêne ou davantage. Elle répandit partout le bruit que l'enfant était né " marqué par la couleur".

-" Dame, la figure du petit est tout éclaboussée ! -" s'exclamèrent les matrones en baignant le nouveau- né dans une cuve de bois. -" C'est comme une toile à teindre quand on y laisse des plis"-, intervint un apprenti qui écopa d'une fameuse gifle.

   On fit tout le possible pour effacer cette marque voyante. Comme une paysanne qui avait aidé aux couches savait une recette, les femmes descendirent sur les rives du Tarn cueillir certaine plante à l'odeur de miel, pour en réduire la fleur dans un mortier. Mais la bouillie ainsi obtenue, appliquée sur le visage du bébé, ne fit rien contre la souillure, si même elle n'en raviva pas sensiblement la teinte.

   Avertie, la mère se montra fort inquiète, et davantage le père qui lisait dans cette cocarde, selon la tradition, la trace d'une envie de sa femme : -" A quoi avais-tu donc la tête, pour faire la sienne comme celle d'un rouge- gorge ?".

   Malgré tout, lorsqu'on leur présenta l'enfant qu'on venait de langer, la grimace des parents tourna lentement au sourire. Certes, le visage du nourrisson était mangé pour plus de la moitié par un laid naevus, qui commençait à l'oreille, avalait le menton et suivait jusqu'au front l'arête du petit nez, mais la couleur, un rouge vermillon nuancé de mauve, en était superbe, d'un éclat et d'un uni propres, vraiment à éblouir le connaisseur.

  Maître Lucas déclara avec fierté qu'aucun de ses bains de garance ou de cochenille, si honorés auprès des drapiers, n'avait jamais produit de sang aussi vif. -" Avec pareille enseigne, notre gars, bien sûr, fera carrière dans le teint ! -" prédit l'artisan qui riait à belles dents. La mère enchérit : -" N'est-ce-pas aussi qu'il porte à vie les couleurs de son nom ? "-

  Sur cette dernière pensée qui rappelait le fond écarlate de l'écu familial, toute l'assistance se répendit en acclamations et vint chaleureusement serrer la main du père.

  On coucha le nourrisson coiffé d'un joli béguin de dentelle dans un berceau de bois et toute la ville fut bientôt instruite qu'en la maison de Lucas et d' Eléonore, un futur maître de teinture venait de voir le jour... -"

 

Pages 13, 14 et 15.  Aux Editions Folio- Gallimard ( 2000 )

Partager cette page

Repost0

Présentation

  • : Pascaline Boura le blog : maison du miroir
  • : Dessins Textes d'auteurs
  • Contact

Profil

  • Maisondumiroir
  • Correspondances en papiers de soie, écritures musicales dansées, danses du fusain et dessins
  • Correspondances en papiers de soie, écritures musicales dansées, danses du fusain et dessins

Texte Libre

 

 

 

 

Recherche

Pages

Liens