Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

(…)

    Sur ma table d'écriture, un bouquet de violettes. Leur parfum s'accorde à tes sous-bois. Passerelles multiples d'un sens à l'autre, d'une forme à l'autre.

 

" La nature est un temple où de vivants piliers

  Laissent parfois sortir de confuses paroles "

 

  En respirant au plus près de tes paysages, j'entends aussi la voix humble et tenace de l'un de tes contemporains, né un an après toi, dans une Europe que tu ne connais pas. A Vienne, le jeune Frantz Schubert est initié à la musique par son père instituteur et bon violoniste. Il mourra jeune, trente et un ans, mais laissera une œuvre aussi chargée de poésie que l'est ta peinture . Une œuvre fraternelle sur bien des points. Chez lui aussi, l'eau court à travers les notes, le vent souffle, effraie les promeneurs solitaires et ploie les aulnes, mais la grâce surgit sans qu'on l'ait convoquée, limpide, rédemptrice. Elle efface les douleurs que l'un et l'autre vous savez dissimuler.

  De quoi nourrit-on son âme lorsqu'on n'a aucun accès à l'art ? Lorsqu'on grandit dans un village de paysans, ou d'ouvriers, condamnés dès l'origine à servir les possédants de droit divin ? Camille a eu la chance d'apprendre à lire, mais après ? Il a pu signer de sa main là ou d'autres mettaient des croix. Mais après ?

  Les choses sont-elles si différentes dans ce XXIème siècle bourdonnant de nouvelles technologies et de nouvelles formes d'esclavagisme ?

  Camille allait au rythme de son pas, lorsqu'il fauchait les prés autour de la ferme. La récolte ne lui appartenait pas, mais il y avait toujours quelques pommes de terre à tirer du potager domestique entretenu par des femmes. Dans les champs, on pouvait librement ramasser des épis.

 

  J'ai évoqué un bouquet de violettes. Présence bienfaisante. Les fleurs, parfois, même les plus modestes, éclairent. Elles disent la beauté " sans pourquoi ".

  On peut voyager dans leurs corolles. Georgia O' Keffe l'a fait, peignant d'immenses pétales de pavot qui se déploient , voiles flamboyantes dans l'espace.

  Toi, tu ne t'es pas attardé sur les bouquets de roses ou de pivoines. Tu n'as pas réalisé d'études de plantes. Aucune de ces traditionnelles " natures mortes " dans ton œuvre.

  Une seule exception, un an avant ta mort, alors que ta santé se dégrade : quelques roses dans un verre à côté de ton pot à tabac. Tu en feras trois variantes, puis voudra les détruire.

  L'une d'elle nous est parvenue.

  On pense au futur Odilon Redon. Ce n'est pas un simple exercice , on y capte ton amour du végétal. La vieillesse, te privant du vagabondage, a-t-elle modifié ton attention ? As-tu soupçonné le lien indissociable entre le minuscule et l'immense ?

 

  Dans mon enfance, les fleurs de pommier- celles qui m'attiraient le plus - devaient rester hors de portée. Pas question d'en cueillir le moindre rameau. C'eut été un sacrilège. Dans la culture paysanne de mon Camille, on respecte le fruit à venir. La patience s'apprend sans qu'il soit besoin de maître. Le regard suffit. On passe à la contemplation sans l'avoir décidé.

 

  Soixante treize fois j'ai vu les premières fleurs de pommiers dans un printemps nouveau. Avec conscience vive ou pas . Mais toujours pour la première fois. Soixante- treize fois sans trouver les mots justes . Les fleurs de pommier restent inaccessibles, impénétrables. Closes sur leur beauté, leur fraîcheur , leur perfection d'un jour.

  Je comprends ton acharnement à revenir sur les mêmes images à travers les années. Pas de distraction, de "papillonnage " pour s'imaginer qu'on progresse . L'humilité est de mise. Je contemple la prairie et ses pommiers en fleurs comme tu peins, délivré de l'espoir - ou de la crainte - d'en avoir fini un jour .

(… )

 

pages 43, 44 , 45 

Editions Arléa mai 2018

 

 

 

(.

Partager cette page

Repost0
Published by Maisondumiroir

Présentation

  • : Pascaline Boura le blog : maison du miroir
  • : Dessins Textes d'auteurs
  • Contact

Profil

  • Maisondumiroir
  • Correspondances en papiers de soie, écritures musicales dansées, danses du fusain et dessins
  • Correspondances en papiers de soie, écritures musicales dansées, danses du fusain et dessins

Texte Libre

 

 

 

 

Recherche

Pages

Liens