Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

   Ainsi avait marché la nuit . On était sur les toits du monde .

  Césaire respira les quatre coins du ciel .

  " Il fait du vent, il dit, il fait notre vent, berger. On va pouvoir jouer . "

   Au vif de la lune, dans ce rond d'herbe courte que le bois embrassait, un beau pin lyre dressait ses deux troncs.

  Comme on approchait, l'arbre se mit à chanter d'une voix qui était à la fois humaine et végétale. Je vis qu'on avait asservi les deux cornes de l'arbre par la traversière d'un joug creux ; on avait tendu neuf cordes du joug au pied de l'arbre : ainsi , il était devenu une lyre vivante, à la fois l'ample vie du vent, de la sourde vie des troncs gonflés de résine et de la vie toute saignante de l'homme .

  Le berger toucha les cordes pour en doser la force. On entendait tomber ces sons, en bas dessous, en plein maquis, et les feuillages grondaient comme sous les larges gouttes d'un orage. Enfin, le berger s'adossa au grand tronc recourbé, il étala ses mains au plein des cordes et il attendit le vent .

  On l'entendait : au-delà des vallées, les larges plateaux sifflaient déjà sous lui comme du fer qu'on trempe ; il arriva .

  Il arriva et, tout aussitôt, du haut du palier de la colline s'élança le chant aux trois vies.

  L'arbre tout entier vibrait jusque dans ses racines et du large emplein de ses doigts l'homme serrait les rênes au beau cheval volant : tout le ciel ruisselait au travers de la lyre . Alors, une grêle d'oiseaux tomba de la nuit et, comme des pierres en marche, les moutons se mirent à monter à travers le bois.

  Ils sortaient doucement de la barrière des arbres . Ils venaient, pas à pas, un par un, sans bruit .  Ils étaient là, tête basse, à écouter , et la corne des béliers traînait dans l'herbe, et l'agneau tout tremblant se cachait sous le ventre de la brebis .

  Sans bruit !

  Parfois seulement, au fond de l'herbe, les bêtes soupiraient toutes ensemble . Les collines faisaient silence . L'homme donnait une voix à la joie et à la tristesse du monde .

 

 

 pages 39 et 40     Editions Bernard Grasset, 1933

                             Le Livre de Poche,             1962 

 

 

Partager cette page

Repost0
Published by Maisondumiroir

Présentation

  • : Pascaline Boura le blog : maison du miroir
  • : Dessins Textes d'auteurs
  • Contact

Profil

  • Maisondumiroir
  • Correspondances en papiers de soie, écritures musicales dansées, danses du fusain et dessins
  • Correspondances en papiers de soie, écritures musicales dansées, danses du fusain et dessins

Texte Libre

 

 

 

 

Recherche

Pages

Liens